Aventure à cheval : voyage en Patagonie, Argentine 



    Mon Facebook                 

Alix, décembre 2013 

Il est bien dur de mettre des mots sur autant d’émotions. Aucun mot ne peut vraiment retranscrire les paysages de Patagonie, l’hospitalité des ses habitants, la sensation d’immensité qui nous envahit… Merci à toi, Lina, de m’avoir fait vivre ces moments-là, avec ta bonne humeur permanente et ta motivation. Malgré les aléas et ce(ux) que l’on a pu perdre en chemin, ce fut une semaine formidable, à boire de la Chupilca et à rencontrer des personnes que sans toi, on n’aurait sans doute jamais croisé. Merci pour ces moments partagés, les vivre : c’est inoubliable. Les vivre avec quelqu’un de motivé, convaincu et convaincant, et surtout investi, c’est encore mieux ! Tes explications m’ont permis d’avoir une autre vision de l’Argentine.
Merci aussi à Ceferino, pour sa patience, sa gentillesse et tout ce qu’il a pu m’apprendre, malgré les « barrieres » de la langue. Je lui souhaite tout le bonheur possible pour la suite, à la Vega del Rodéo ou ailleurs. Ce fut une merveilleuse façon de commencer l’année 2014 ! Je vous souhaite une bonne continuation dans votre projet ! Hasta pronto !

Viviana, décembre 2013 

Parcourir le nord de Neuquén, terre qui m’a vue naitre, grandir, partir, revenir. Visiter les camps d’été et leur peuple, mon peuple. Sentir que je retourne à l’origine de tout ce que je suis, ce que je ressens. Être témoin et bénéficiaire de l’hospitalité, humilité et bonté que je reconnais dans chaque visage de gauchas et gauchos, qui ont été partie de mon enfance et adolescence. Je les regarde, les observe et me reconnais en eux parce que nos sentiments se fondent dans ces regards, actes et paroles qui racontent l’histoire et la vie des gens de ma terre, « peuple de la campagne ».

Prendre ma jument, la caresser, la remercier et parcourir montagnes, volcans, ruisseaux…sous le vent, les oiseaux, le soleil. Paix. Partager avec toi, petite sœur, t’accompagner dans cette grande aventure et ratifier l’incroyable et admirable que tu es. Tes repas, vins et chupilca, aussi bons que les tortas fritas et asados de Ceferino, ont été des soins à mon âme pendant chacun de ces jours. C’est cela et bien plus, que mon manque de mots ne me permet pas d’exprimer, ce qu’à signifier cette randonnée pour moi, bonne amie. Merci de prendre part à ma vie, je t’aime tant ! 
 

Mélanie, décembre 2013 

Moment inoubliable, impossible de poser des mots sur ce voyage. La magie des harmonies… Merci à Elsilina et Ceferino qui ont su nous emmener dans le rêve (puisque ça semblait être trop beau pour être vrai.)
 

Zoé, décembre 2013 

Elsie « Lina »,
Du haut de tes 26 piges (que l’on a eu l’honneur de te souhaiter !), tu as su mener cette merveilleuse balade mieux que je ne pouvais l’espérer ! Tu m’en as mis plein les YEUX et c’est un petit mot ! Mon rêve s’est réalisé grâce à toi ! Des paysages à en perdre la parole ! J’ai encore du mal à tout réaliser, le retour au pays sera dur ! Mais les photos me rappelleront ces magnifiques instants… Un grand MERCI à Ceferino pour sa générosité et son grand cœur. Le mien repart gros, rempli de moments inoubliables ! Mes larmes sont de pur bonheur.
Encore merci à Toi et Ceferino, et à tous les gauchos dont nous avons croisé le chemin. Pleins de bisous dans le ciel étoilé.

Muriel, mars 2013 

L’exercice du livre, d’ores et déjà rempli de compliments, est difficile, quand les mots semblent si dérisoires ! Même la météo a été parfaite, grand ciel bleu, avec juste ce qu’il faut de vent et de neige…Patagonie oblige ! Impossible d’oublier tous ces gens qui m’ont ouvert leur porte, au bord de la lagune Tromén chez don Luis sous la neige, les taquineries et le sourire de don Léonardo pour réchauffer l’atmosphère qui en avait bien besoin ! Ses parents, don Manuel y doña Noelia, qui file et tisse encore, une artiste ; et doña Lela, la femme de don Demetrio que je regrette de ne pas avoir vu, et bien sûr mon guide, Ceferino, toujours souriant, « cuisinier d’or » et roi de l’asado, perpétuant lui aussi les traditions, travail du cuir et tressage. Et les bonnes empanadas du restaurant « mi pago » de Suyán y Noni…
Impossible d’oublier ces paysages, variés tous les jours, mais toujours aussi somptueux, tous ces animaux en liberté dans ces grands espaces… El Tromen, el Salto, Arroyo Blanco, etc. alors un grand merci à l’équipe dirigeante: la capitaine Elsilinix et son « assistante logístico », Javier. Et maintenant, en route pour la fête du Pehuén à Alumine !
Qu’aucun gaucho n’oublie : croire, c’est pouvoir. Qu’ils gardent leur bonne humeur et leur sens de l’humour, qu’ils fassent vivre leurs traditions et nous serons quelques uns à faire ce long voyage pour venir à leur rencontre. Elsilina, je t’attends à Toulouse pour un bon cassoulet ! Bises à tous, Muriel le canari de Patagonie.

Bertrand, mars 2013 

Une cabalgata des plus agréables, menée de main passionnée de gaucha. Découvrir ce monde et ses habitants grâce à toi Lina, avec ton investissement, ta dévotion quant à ton projet et ta bonne humeur permanente aura été un réel plaisir et un grand enrichissement. Sans parler de ta gestion parfaite des aléas du parcours !
Un seul reproche : que tu ne m’aies pas donné ton secret pour réussir à faire des pâtes aussi exquises…
Merci encore, que d’excellents souvenirs. Bises.
Site développé et mis à jour avec le Système G